Les investisseurs sont de retours !

Reprise investissement locatif

Bonne nouvelle : redressement de l’immobilier résidentiel grâce à la loi Pinel

Depuis l’application de nouvelles dispositions fiscales « loi Pinel » le 1 septembre 2014, celle-ci a placé aux oubliettes les dispositions « Duflot ». En effet, ce secteur d’activité voit les ventes se redresser au 4ème trimestre 2014 et au 1er trimestre 2015. Les chiffres sont éloquents : le 4ème trimestre 2014 a totalisé 31 % des ventes de l’année, et celles du 1er trimestre 2015 sont supérieures de plus de 10 % aux ventes du 1er trimestre 2014.

Cette progression significative se porte essentiellement sur les petites et moyennes surfaces, car les acheteurs sont des investisseurs, personnes physiques, qui préparent leur retraite. La quote-part de ces investisseurs est désormais de 49 % (contre 44 % en 2014). Cependant, le plafond règlementaire de la Loi Duflot d’un maximum de 80 % de logements destinés à la location dans un immeuble neuf est respecté. Également, les plafonds de loyers des dispositifs Besson, Robien, Borloo, Scellier, Duflot et Pinel pour les baux conclus ou renouvelés en 2015 ont été actualisés. Un contexte fiscalement favorable bien accueilli par les particuliers, de nouveaux plafonds de loyer, le tout combiné à des taux de financement demeurant dans l’immédiat bas permettent ainsi d’envisager de nouveaux investissements immobiliers résidentiels avec un faible taux  d’effort.

Mais où investir? Le mauvais ressenti des dispositions Duflot couplé aux élections municipales de 2014 ont eu pour effet de tirer vers le bas demandes et autorisations de permis de construire. En effet, les professionnels sont restés prudents sur leurs sorties commerciales et, mis en garde par leurs électeurs, les nouveaux élus ou réélus ont souhaité négocier ou revoir les autorisations des construire. Cela se traduit par une baisse des autorisations de permis de construire et des lancements commerciaux.

La demande se poursuivant sur 2015 et le dispositif Pinel étant maintenu jusqu’au 31 décembre 2016, la production de logements devra s’aligner à court terme pour répondre à la demande des investisseurs et pour ne pas créer de pénurie sur les zones tendues, essentiellement l’Ile-de-France. Les investisseurs devront donc faire leur marché idéalement sur ces zones tendues sans succomber à une tension sur les prix, liée à une rareté du produit

Demande d’étude personnalisée